Et la philosophie occidentale naquit en Orient

greceantiqbC’est la ville de Milet qui voit naître l’un des premiers philosophes, ceux que l’on appelle les présocratiques. Milet est une colonie grecque logée sur les rives de l’Asie mineure (voir carte ci-contre), aujourd’hui Turquie, et fait face à l’île de Chios dans la mer Égée. Elle se trouve non loin de l’ancien site de la célèbre ville de Troie, jadis la plus grande et riche cité du monde antique, détruite par la jalousie des Grecs.

Thalès est le premier à recevoir le nom, ou titre, de Sage parmi les Sept que cite Platon. Il serait né en 635 av. J.-C. et mort en 548 ou 545 av. J.-C. Tout comme Socrate, aucun de ses écrits ne nous est parvenu. Tout ce que l’on sait de Thalès fut rapporté par ses lecteurs (Platon, Aristote, Xénophon) et par des biographes tardifs comme Diogène Laërte (IIIe siècle ap. J.-C.).

Il est considéré comme le père de la physique ionienne (du nom de la région où se trouve Milet). Il est le premier à avoir fait de l’observation de la Nature, non plus une contemplation, mais une véritable démarche réflexive (scientifique). Le terme de physique vient du grec phusys qui signifie nature. Il va alors développer une approche nouvelle qui va fortement influencer les penseurs après sa mort, celle de la recherche du principe premier. Thalès montre que l’observation des événements naturels doit conduire l’Homme à se poser la question de la cause. Qu’est-ce qui fait que le ciel se charge d’eau ? Et qu’est-ce qui provoque la chute, en pluie, de cette même eau ? Qu’est-ce qui explique le mouvement des étoiles dans le ciel en fonction du moment de l’année ? Toutes ces questions avaient à l’époque des réponses soit vagues soit superstitieuses.

S’il n’est pas le premier à tenter d’apporter des explications rationnelles à des événements physiques qui ne semblent pas avoir de sens, il est précurseur dans un domaine : le recours aux mathématiques. Il faut alors avoir une chose à l’esprit qui peut expliquer en partie le fait que la philosophie soit née en Asie mineure avant d’être récupérée par les Grecs européens. Les colonies grecques comme Milet étaient le point d’arrivée de ce qu’on appelle la « route de la soie ». Cette voie commerciale qui remonte à des temps immémoriaux (entre 1500 et 1000 av. J.C.) partait des contreforts de l’Himalaya pour traverser la Mésopotamie, passer par les grandes cités de Babylone, Damas, et enfin Jérusalem, carrefour incontournable du commerce mondial de ces époques.

Les Grecs eurent donc rapidement l’idée lumineuse d’installer des comptoirs en Asie mineure, afin de devenir le trait d’union entre l’Asie et l’Europe, et profiter des opportunités pécuniaires données par le commerce de la Soie, et d’autres comestibles tels que les épices, les pierres précieuses, etc. Les comptoirs devinrent peu à peu des colonies, peuplées de Grecs venant de toutes les cités et les îles égéennes. Ces habitants étaient donc, comme on peut s’en douter, des commerçants. Et, ce statut, conjugué au fait qu’ils étaient plus proches des cultures orientales, explique la maîtrise par ces colonies des mathématiques.

Thalès ne fait pas exception et va alors montrer que les mathématiques peuvent servir à bien plus qu’à seulement calculer des transactions, des profits, débits, intérêts, etc. Sa première gloire viendra ainsi de l’astronomie. Grâce à des calculs complexes, et en se fondant certainement sur des écrits postérieurs dont nous n’avons aucune connaissance de près ou de loin, il arrive à prédire une éclipse du Soleil pour le 28 mai 585 av. J.-C.

Cette anecdote doit être complétée par une autre, rapportée par Aristote. Thalès, malgré sa gloire en tant qu’astronome, était aussi l’objet de moqueries notamment dues à la fameuse histoire de sa chute dans un puit, soi-disant provoquée par le fait qu’il marchait en regardant les étoiles. Par ailleurs, une critique, que l’on pourrait qualifiée d’atemporelle, était à l’époque dirigeait contre lui : les commerçants de Milet raillaient le fait qu’être philosophe ne faisait pas vivre. Thalès s’empressa de démentir cette accusation en utilisation les observations qu’il avait faites en météorologie pour pronostiquer une récolte exceptionnelle d’olives. Il utilisa alors tout son argent pour acheter tous les pressoirs de la ville pendant l’hiver, et lorsque l’été arriva, il les sous-loua aux imprévoyants. Il démontra donc que l’on peut être philosophe et s’enrichir grâce à ces connaissances. Pourtant, Aristote rapporte que Thalès aurait dit : «  Ce n’est point vers ce but que tendent [ses] vertueux efforts ».

Aristote reconnait donc dans Thalès le fondateur de la conception philosophique du principe matériel premier. Pour le présocratique, ce serait l’élément eau. Il soutenait que la terre flottait sur l’eau. Il semble que cette idée puisse découler de la théologie grecque qui la précède : Océan et Téthys comme ancêtres du monde et l’eau était la matérialisation de leur serment (le Styx). Il semble d’ailleurs avoir dans cette tradition une forte influence égyptienne. Certains voient d’ailleurs dans Milet et les colonies grecques d’Asie mineure les lieux par lesquels a transité le savoir de l’Egypte déclinante (particulièrement développé en mathématiques) vers les cités grecques en pleine expansion.

Je ne me permettrais pas ici de revenir sur le fameux théorème de Thalès bien que celui-ci soit un exemple de cet héritage égyptien. En effet, c’est bien grâce à cette équation mathématique qu’il est possible de calculer la hauteur d’une pyramide avec un simple bâton.

A un de ses élèves qui demandait combien il devait payer pour suivre son enseignement Thalès répondit « J’en serai fort bien payé si tu dis que c’est de moi que tu le tiens. » C’est ainsi que s’élança une nouvelle tradition philosophique fondée sur l’observation, la démonstration et la transmission du savoir. Les élèves furent donc les traits d’union essentiels à la persévérance des idées du maître. Parmi ceux de Thalès se trouvait d’ailleurs Anaximandre, qui fut bien après la mort de son propre maître, le maître d’un certain Socrate

Cet article, publié dans Philosophie antique, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Et la philosophie occidentale naquit en Orient

  1. Ping : Le Taoïsme ou la religion sans Dieu | Initiation à la philosophie

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s